Le Lançon : un poisson qui aime s’enfouir pour s’en sortir !

lanconLe lançon est un poisson au corps allongé et rond et au museau pointu. Il pourrait faire penser à l’anguille pour le néophyte, mais ceux qui le connaissent un peu savent que ces deux poissons ne se ressemblent guère. Et puis autre particularité du lançon, il s’enfouit dans le sable pour tromper l’ennemi…

Les lançons sont présents sur toutes les côtes et il en existe 6 espèces : équille, nordique, commun, jolivet, cicerèle et anguille. Ces espèces peuvent être pêchées de jour et pendant la pleine mer avec un chalut spécial. A noter que sur les côtes de la Manche, pendant les grandes marées, on peut aussi pêcher le lançon à pied sec en fouillant le sable. Pour cela, il faut faire des sillons dans le sable. Et apparemment cette technique de pêche vous assure une partie de fou rire assurée et particulièrement de nuit, éclairée à la pile électrique ! Paroles de connaisseurs. A vous d’essayez !

Le nom scientifique du lançon est l’Ammodytes, ce qui signifie « s’enfouit dans le sable ». Ceci étant caractéristique de son habitude de s’enterrer dans le sable ou les graviers, où le lançon se déplace avec agilité. Cet enfouissement lui permet entre autre de leurrer ses pourchasseurs, en se resserrant avec d’autres lançons. Ils leurrent ainsi l’ennemi ! autre méthode pour se sortir, alors que leur vitesse de déplacement habituelle est de l’ordre de 30 à 40 cm/secondes, quand la fuite est nécessaire, cette vitesse peut atteindre 300 à 500 cm/secondes…

La meilleure manière de déguster le lançon selon La Poissonnade : logo-la-poissonnade
Les petits Lançons : les mettre en pleine friture
Les gros Lançons : les vider et les fariner avant de les faire frire à la poêle

Photo : source Wikipédia

Une réponse

  1. CAMELIN
    | Répondre

    Bonjour
    J’ai souvenir de “pêche” au lançon à 4h du matin à la lampe de poche au large des plages d’Etables. Effectivement partie de fou rire surtout lorsque nous nous sommes apperçu que ma petite nièce, 5 ans (1958) trouvait moins fatigant de prendre les lançon dans le panier des autres pêcheurs. Mais attention aux vives qui ont le même habitat et attention à la marée montante car le nez au ras du sable on perd toute prudence et les noyade, à l’époque, n’étaient pas rare.

Répondre