Le smartphone s’impose en France

Posté dans : Calvados, Eure, Manche, NORMANDIE, Orne, Seine Maritime | 0

Le smartphone, véritable couteau suisse des usages numériques, s’impose en France face aux tablettes et ordinateurs. Les Français se sentent plutôt compétents et se laissent séduire par les perspectives offertes par le numérique.

L’usage du numérique en France se poursuit à un rythme rapide et soutenu.  L’édition 2017 du baromètre du numérique de l’ARCERP confirme une nouvelle fois cette tendance dont voici les principaux enseignements.
 usage-smartphone-2017-France

Les équipements se succèdent et s’ajoutent dans les foyers. Exemple symptomatique, le smartphone est devenu en quelques années incontournable et près des trois quarts des Français en sont aujourd’hui équipés (73%, +8 points en un an). En 2011, moins d’un quart des Français en possédait un.

taux-equipement-smartphone

Globalement les équipements nomades ont le vent en poupe : les tablettes qui faisaient timidement leur apparition il y a six ans touchent aujourd’hui 44% des individus, +4 points en un an et +40 points en six ans.

Le téléphone mobile confirme son ascendant sur le téléphone fixe : 94% des Français en sont désormais équipés, soit un écart de 8 points avec le téléphone fixe (86%). Les équipements fixes commencent en effet à marquer le pas : le téléphone fixe continue de perdre du terrain (-2 points). L’équipement en ordinateur s’érode (-1 point), tandis que la proportion de connexion fixe à internet à domicile stagne (85%, exactement comme l’an dernier).

On note par ailleurs que les écarts dans les pratiques sont sans commune mesure avec les écarts d’équipement. Par exemple, si le taux d’équipement en téléphone mobile (94%) dépasse de quelques points celui en téléphone fixe (86%), 79% des enquêtés utilisent tous les jours un téléphone mobile ou un smartphone, contre 27% qui font de même avec un téléphone fixe.

Dans le même temps, plus de la moitié des personnes interrogées utilisent quotidiennement un ordinateur à leur domicile (53%), 30% faisant un usage quotidien de l’ordinateur au travail ou sur le lieu d’études. La tablette est l’équipement le moins usité. Certes, 21% des Français en ont un usage quotidien mais 51% ne l’utilise jamais.

La connexion à internet se fait aujourd’hui plus souvent via son mobile que par un ordinateur

Interrogés sur le terminal qu’ils utilisent le plus souvent pour se connecter à la Toile, les Français placent en tête le smartphone, devant l’ordinateur puis la tablette.

equuipement-smartphone-2017

Les réseaux sociaux, très majoritairement consultés et alimentés via les smartphones (61%), créent un rapport quotidien et renouvelé au mobile, qui devient petit à petit l’un des terminaux privilégiés pour les usages ludiques et associés aux loisirs : pour regarder des vidéos ou jouer en ligne, smartphone et ordinateur font aujourd’hui quasiment jeu égal. Les activités moins ludiques (travail, achat en ligne ou envoi d’e-mails) restent, quant à elles, plutôt réalisées prioritairement à partir d’un ordinateur.

L’avènement des smartphones s’accompagne d’un essor des pratiques digitales en mobilité (en hausse de +7 à +11 points par rapport à l’an dernier.
  • 64% des Français utilisent aujourd’hui leur smartphone pour se connecter au web (+ 9 points en un an),
  • 60% pour consulter leurs mails,
  • 55% pour télécharger des applications (+7 points),
  • 44% regardent des vidéos (+10 points).
  •  43% échangent de la sorte des messages textes (+ 11 points)
  • 31% téléphonent via des messageries type WhatsApp, Viber, etc. (+8 points).
Les internautes sont de plus en plus nombreux à se connecter à leur domicile à partir des réseaux mobiles.

51% des Français sont désormais concernés (+9 points par rapport à l’an dernier), la part de ceux qui se connectent à partir d’un ordinateur sur une connexion fixe ou en Wi-fi, certes élevée, plafonne à 78%. En Pour 65% des Français, la connexion à internet à domicile s’effectue par au moins deux modes différents (37% seulement des cas en 2013).

La société numérique : tous les usages étudiés progressent

En 2017, seule 12% de la population ne se connecte jamais à internet (-3 points par rapport à l’an dernier).
Signe de l’omniprésence de la vie numérique, la plupart des internautes (76%, +2 points) se connectent quotidiennement.
Tous les usages d’internet étudiés sont, sans exception, en hausse par rapport à la dernière mesure effectuée .

  •  2 Français sur 3 (67%, +5 points) ont eu recours à l’e-administration. Ce taux atteint 90% chez les diplômés du supérieur ou les 25-39 ans. Ce résultat confirme des données récentes publiées par Eurostat : alors qu’en moyenne 48% des Européens contactent les services publics grâce à internet, la France arrive au 8ème rang, certes loin derrière les pays nordiques (88% au Danemark) mais devant l’Allemagne (55%) ou le Royaume-Uni (53%).
  •  61% ont effectué des achats en ligne (+1 point). Le manque de sécurisation des paiements en ligne est toujours perçu comme le principal frein à l’achat. D’ailleurs, 59% des personnes interrogées auraient déjà renoncé à un achat en ligne par manque de confiance au moment du paiement. 34% ont pris des dispositions en souscrivant à un service de sécurisation des paiements en ligne.
  • 59% sont membres des réseaux sociaux (+3 points). Les Français utilisent beaucoup les réseaux pour s’informer. Mais ils adoptent, comme c’est par ailleurs le cas vis-à-vis des médias traditionnels, une attitude générale de circonspection. Une majorité de la population ne fait pas confiance aux informations qui sont relayées sur les réseaux sociaux (73%). La défiance est à peine moins prononcée chez les membres des réseaux sociaux (69%).
  • Les pratiques entre pairs sur internet se développent : 22% ont, contre rémunération, recouru auprès de particuliers à l’usage d’un bien ou d’un service et 13% ont offert ce type de prestations. L’échange sans rémunération est moins répandu (6%). Au total, 28% de la population (+9 points en deux ans) s’est livré à une pratique relevant de l’économie parfois dénommée « collaborative ».
    À ce propos, signalons une progression de la confiance dans les notes, les évaluations ou les commentaires laissés en ligne. En 2017, 47% de la population leur fait plutôt confiance (+6 points par rapport à 2015). Ceux qui ont pratiqué un échange (marchand ou non) avec des particuliers ont davantage confiance dans ce système de notes et de commentaires (60%).
Le numérique dans la vie professionnelle

La numérisation de la société est également à l’œuvre dans la sphère professionnelle :

66% des actifs occupés utilisent un ordinateur (53% seulement en 2013). Ils sont 62% à considérer que la formation continue les y a correctement préparés (+8 points par rapport à 2013).

Usage-smartphone-2017-France0000

En liaison avec cette numérisation des activités, l’interpénétration des sphères privées et professionnelles se poursuit. Un actif sur trois (34%) apporte tous les jours sur son lieu de travail un équipement personnel pour l’utiliser à des fins professionnelles. La population voit davantage le brouillage des frontières entre les temps et les espaces de la vie (privés et professionnels) comme une opportunité, permettant de « mieux concilier vie privée et vie professionnelle » pour 54% des actifs interrogés (+12 points en quatre ans) que comme une difficulté subie.

Dans la même veine, l’appétence pour le télétravail est réelle : 39% des actifs occupés aimeraient télé-travailler (13% « tout le temps » et 26% « de temps à autre »).

Les Français se sentent plutôt compétents et se laissent séduire par les perspectives offertes par le numérique

Petit à petit, à mesure que les équipements font partie du quotidien, la peur de l’inconnu diminue : une majorité de la population des 12 ans et plus, se sent compétente pour utiliser les produits numériques. 69%, notamment, se disent très ou plutôt compétents pour utiliser un smartphone (62% pour une tablette). En quatre ans, le sentiment de compétence pour utiliser un ordinateur a progressé de +12 points, soit 67% désormais.

De fait, ils se montrent aujourd’hui vigilants et experts dans leurs usages :

  • 69% ont renoncé à installer une application afin de protéger leurs données personnelles
  • Deux personnes sur trois (69%) ont refusé d’être géo localisés en ouvrant une page internet ou dans une application
  • Près d’une personne sur deux (48%) a pris des dispositions pour ne pas laisser de traces sur internet
  • Une sur six (17%) a éteint son téléphone mobile pour éviter d’être tracée.

Dans la population française, les trois quarts des adultes se disent prêts à adopter de nouvelles technologies ou services numériques :progressivement. 24% immédiatement et 52%  progressivement.

Cette appétence est motivée par plusieurs constats :

  • Les adultes interrogés le disent : le plus souvent, ils ont appris seuls à maîtriser les outils numériques (54%) ou encore avec des membres de leur famille (37%) ou des amis (35%).
  • Seule une minorité de la population de 18 ans et plus dit profiter « pleinement » des services et fonctionnalités offerts par les services numériques, que ce soit dans la vie de tous les jours, la vie citoyenne ou les loisirs . La marge de progression semble donc conséquente avant que toutes les possibilités offertes soient réellement exploitées.
  • Les perspectives offertes par le recours aux nouvelles technologies sont appréciées par l’opinion. En particulier, la numérisation de la vie citoyenne est bien perçue. Nombreux sont ceux qui ont d’ores et déjà recours à l’administration en ligne. 79% des personnes de 18 ans et plus voient même d’un bon œil les évolutions mises en œuvre dans le cadre d’une « ville  intelligente », c’est à dire grâce aux outils numériques, et à la  participation des habitants, la possibilité pour les villes de s’organiser pour fournir aux résidents des informations et des services leur permettant de mieux gérer leur quotidien (niveau de pollution, places de parking, etc.).

La suite de l’article : L’étude dans son intégralité au format pdf . 

Répondre